Opération constructive des GJ’s du Gargalon « ou pas »

  Lettre ouverte à notre police nationale .

        Comment, pourquoi, en êtes-vous arrivés aujourd’hui à réprimer un mouvement citoyen qui ne demande que la justice sociale, fiscale et le simple droit d’être entendu ?

         Comment vous, fonctionnaires de la police nationale, acceptez-vous d’être une réponse armée contre le peuple ?

         Est-ce vraiment votre rôle de réprimer et de violenter le peuple français ?

         Le gouvernement casse nos services publics, creuse les inégalités et refuse de répondre à une légitime révolte populaire.

         Vous êtes aujourd’hui le seul rempart à la construction d’une vraie justice. Sans peut-être vous en rendre compte, vous êtes devenus le bras armé d’un système injuste qui ne fait que protéger les puissances financières. Réagissez… N’êtes-vous pas d’abord des citoyens au service des citoyens ? Refusez la violence envers des êtres qui ne demandent que la justice sociale, le respect du travail et de la personne, la dignité. Le mouvement des gilets jaunes est le magnifique élan citoyen d’un peuple qui souhaite penser sa souveraineté, principe fondamental de la démocratie enseignée dans les écoles de France. Soyez tolérants. C’est vrai… Nous pouvons être maladroits parfois, en colère parfois, excessifs parfois. Mais nous sommes toujours animés de bons sentiments, des femmes et des hommes de cœur. 

         Interrogez-vous sincèrement et, en conscience, faites votre choix: obéir aux ordres en maltraitant le peuple ou désobéir en protégeant le peuple. L’histoire de notre pays est malheureusement chargée de périodes où l’obéissance de la police a conduit à la trahison du peuple de France. Nous vivons un moment historique que seules les injustices profondes peuvent provoquer. Ne soyez pas acteurs de ces drames qui restent comme des taches indélébiles dans notre histoire nationale. Parfois, seule la désobéissance civile permet de rester digne et honnête.

          Les gilets jaunes en appellent à votre conscience et se réfèrent aux droits de l’homme et du citoyen:

ARTICLE XII. La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc constituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

  • Fréjus, le 5/01/2019

Bravo à tous!